L'Oréal

La Chimie Verte, l’avenir de la Beauté

Toujours progresser pour allier nature et beauté est l’un de nos objectifs chez L’Oréal. Et c’est également une quête qui fait sens pour vous. En tant que leader mondial de la Beauté, nous sommes conscients de notre responsabilité envers la planète, et envers vous. Nous nous engageons, chaque jour, à réduire notre empreinte environnementale et vous proposer des produits aussi efficaces que sûrs pour votre santé. C’est dans cette logique que nous avons pris le parti de miser sur la Chimie Verte depuis 20 ans et d’investir dans la science pour inventer la cosmétique de demain. Nous sommes convaincus qu’en tant qu’entreprise, nous nous devons d’agir avec éthique et exemplarité.

Les douze principes de la Chimie verte

Proposés à la fin des années 1990 puis popularisés par les chimistes américains Paul Anastas et John C. Warner, les 12 principes de la Chimie Verte, plus respectueuse de l’environnement, ont pour objectif est de promouvoir l’utilisation de substances obtenues de manière responsable.

  • Limiter la pollution à la source pour ne pas devoir ensuite se débarrasser des déchets.
  • L’économie d’atomes afin de mettre en œuvre des méthodes qui incorporent dans le produit final tous les matériaux entrant dans la synthèse.
  • La conception de méthodes de synthèse peu dangereuses pour l’homme et la planète.
  • La conception de produits chimiques plus sûrs, efficaces mais moins toxiques.
  • L’abandon des solvants et auxiliaires de synthèse ou le choix d’options inoffensives lorsqu’ils elles sont nécessaires.
  • La réduction au maximum de la dépense énergétique.
  • L’utilisation de ressources naturelles renouvelables plutôt que des matières fossiles.
  • La réduction du nombre de dérivés afin de limiter la production de déchets.
  • L’utilisation de la catalyse (une réaction en présence d’un catalyseur qui permet d’économiser temps et énergie).
  • La conception de substances en intégrant leur mode de dégradation final.
  • La mise au point de méthodes d'analyse en temps réel pour prévenir la pollution.
  • Le développement d’une chimie sûre pour prévenir les risques d’accidents.

 

La Chimie Verte à l'œuvre en cosmétique : l'exemple du Pro-Xylane

Les chercheurs de L'Oréal ont choisi de partir d'un sucre naturel extrait du bois de hêtre, le xylose, une matière première renouvelable. Il a été broyé, dissous dans l'eau (un solvant particulièrement inoffensif), mis en réaction en présence d'hydrogène et, au terme de quelques heures d'agitation, légèrement chauffé avec un catalyseur. On obtient ainsi du Pro-Xylane. Sa synthèse ne comporte que deux étapes et en fait une molécule respectueuse de l’environnement.

Cette synthèse a été inspirée par une réaction chimique très innovante publiée en 2000 par le Pr André Lubineau, Université Paris-Sud. Elle permet, en effet, de diminuer par quatre le nombre d’étapes chimiques nécessaires à l’obtention des C-glycosides, la famille chimique à laquelle appartient le Pro-Xylane. De plus, cette réaction permet également l’utilisation de l’eau comme seul solvant de réaction en lieu et place des solvants organiques habituels.

Les procédés d'industrialisation de la synthèse de cette molécule ont aussi été optimisés pour respecter davantage l'environnement : nous nous sommes particulièrement intéressés à la quantité de déchets générés au cours de la synthèse à grande échelle. Le Facteur Environnemental (ou facteur E) traduit le rapport entre le tonnage de déchets et le tonnage de molécule désirée : plus ce rapport est faible, moins la molécule est polluante. Pour le Pro-Xylane en solution, le facteur E est de 13, ce qui, sur l’échelle qui va de 5 à 50, est un très bon coefficient. Il a ensuite encore été amélioré.

Une fois démontrée l’efficacité de la molécule, son impact sur l’environnement a aussi été vérifié grâce à des tests d'écotoxicité, conduits à la fois en interne et en externe. Ils consistent à vérifier si une substance risque de provoquer des effets néfastes sur les espèces et sur les écosystèmes. Dans la pratique, ces tests portent sur trois types de microorganismes vivants de la chaîne alimentaire.

Par ailleurs, le Pro-Xylane est une molécule peu soluble dans les graisses : elle n'est donc pas suspecte de bioaccumulation dans les chaînes alimentaires.

En parallèle à ces tests, d’autres études vérifient que la molécule n’est pas toxique pour l’homme.

Une fois ces vérifications effectuées, la molécule est synthétisée, puis formulée avec d'autres ingrédients pour donner naissance à un produit fini. Là aussi, ses qualités de substance durable révèlent de précieux atouts dans la formulation. En effet, d'une part, son stockage dans le temps est aisé, car, une fois solubilisée, elle ne requiert pas de conservateurs. D'autre part, son association avec d'autres ingrédients est facilitée grâce au fait, qu'une fois en solution dans l'eau, on l'incorpore aisément en fin de formulation sans avoir à utiliser d'énergie.

Économies d'énergie, de matière et de temps : une initiative d'avenir

Chez L'Oréal plusieurs indicateurs de procédés durables ont été introduits dans le travail des laboratoires pour, dès la conception, sélectionner de préférence les procédés qui permettent de limiter les quantités de rejets. D'importants efforts ont également été déployés pour valoriser la biomasse végétale et identifier, en étroite collaboration avec les fournisseurs de matières premières, celles qui reposent sur des procédés respectueux de l'environnement. En 2019, notre portefeuille compte 28% de matières premières fidèles aux principes de la Chimie Verte. Tous les ans, nous en incluons de nouvelles.