Simon1920x800

François Simon

Chief Marketing Officer L’Oréal Belgilux

Favoriser l’expérience du client

Au cœur de la transformation digitale, le marketing se réinvente. « Les changements de comportement des consommateurs sont importants et très rapides. Au cœur de ces changements, il y a le Digital, les technologies », explique François Simon, Chief Marketing Officer L’Oréal Belgilux depuis deux ans.

Diplômé en sciences commerciales de l’Ichec, François Simon décroche son premier poste dans l’industrie alimentaire, chez Bel. Il occupe pendant quatre ans des fonctions marketing avant de rejoindre le secteur pharmaceutique chez Novartis. D’un rôle Benelux, il passe à une fonction qui couvre en plus la France, ce qui l’amène à vivre deux ans près de Paris. C’est en 2012 qu’il rejoint L’Oréal Belgilux. « Les choses évoluaient rapidement dans le marketing. Et j’avais envie de travailler dans une industrie plus innovante. », raconte François Simon. Ses premiers pas dans le groupe, il les fait au département marketing de la division Produits Grand Public. Il devient directeur marketing pour Garnier et puis de toute la division. En 2018, il est nommé Chief Marketing Officer, un poste nouvellement créé.

UNE DOUBLE MISSION

Le rôle de François Simon est centré sur le digital et il est double. Il est tout d’abord chargé de l’animation et la supervision des équipes digitales des quatre divisions. Ensuite, comme membre du comité de direction, il accompagne la transformation que le marketing vit depuis quelques années. « Le modèle traditionnel est challengé non seulement par l’évolution technologique et le raccourcissement du cycle de vie des produits, mais aussi et surtout parce que les comportements du consommateur ont changé.», explique François Simon. « Il ne s’agit pas d’opposer le marketing traditionnel au digital. C’est plutôt une évolution qui suit le comportement de nos consommateurs et leurs habitudes de consommation des médias (ex. le temps dédié aux réseaux sociaux quotidiennement), l’adoption des technologies (ex. le mobile, les podcasts, les assistants vocaux). Aujourd’hui les investissements publicitaires en digital sont en forte croissance et représentent plus de 40% de nos dépenses marketing... Mais ce n’est pas pour cela que la télévision, par exemple, n’est plus un canal de communication efficace. Cela dépend des catégories de produits et des consommateurs auxquels nous nous adressons. »

LE DIGITAL, UNE PRIORITE

Une première phase de transformation a déjà été réalisée chez L’Oréal. « En 2014, le Comité Exécutif de L’Oréal décide de nommer en son sein une Chief Digital Officer (Lubomira Rochet) et fait ainsi du digital une priorité stratégique. En Belgique, nous avons fait le constat qu’il nous manquait des compétences clés et nous nous sommes tournés vers des nouveaux profils, très pointus. Aujourd’hui, nous arrivons à la fin de cette première phase et entrons dans la deuxième. Il faudra encore plus d’expertise - en engageant par exemple des data scientists - mais aussi supprimer les frontières entre le marketing et le digital, notamment en mettant ces experts digitaux dans des fonctions business. »

Dans sa mission, François Simon a trois grandes priorités : développer l’e-commerce – le canal de distribution le plus dynamique aujourd’hui -, affiner au plus juste les mix media – pour trouver le meilleur canal de communication – et développer des love brands que les consommateurs aiment et plébiscitent. Le but est chaque fois d’offrir la meilleure expérience aux consommateurs : que ce soit lors de ses achats, la publicité qui lui est adressée ou sa découverte du produit. « Mon challenge numéro un est d’avoir une vision centrée sur le consommateur à la différence d’un modèle uniquement tourné sur le produit et ses qualités intrinsèques », explique le CMO. « Nous avons des marchés très portés sur l’innovation des produits. Mais aujourd’hui faire un bon produit ne suffit pas. C’est l’expérience qui fait la différence. »

En savoir plus ...