Un succès croissant pour Ethics Day

Le 8 octobre 2019, tous les collaborateurs du Groupe étaient invités à participer au 11e Ethics Day, la journée de l’Éthique. Un événement signature de la culture L’Oréal, que Natacha Lesellier, VP Programmes Éthiques du Groupe, nous présente en détails.

Comment est née l’idée de cette journée dédiée à l’Éthique ?

 

Quand Emmanuel Lulin, Directeur Général de l’Éthique, a été nommé en 2007, l’une des premières choses que nous avons fait était de mettre à jour la Charte Éthique qui datait de 2000. Pour ce faire nous avons consulté plus de 400 collaborateurs dans le monde.

 

Ensuite, nous avons voulu savoir comment cette nouvelle édition de la Charte était vécue au quotidien. Les équipes avaient-elles des questions à son sujet ? Voyaient-elles des choses à améliorer ? C’est là qu’est née l’idée, très novatrice à l’époque, de leur permettre de s’adresser directement au PDG un certain jour de l’année La Charte Éthique est l’un des premiers documents internationaux que Jean-Paul Agon que ait signé en tant que PDG. Le premier Ethics Day a eu lieu en 2009. A ma connaissance, L’Oréal est pionnière en la matière et nous sommes souvent sollicités par d’autres entreprises pour savoir comment organiser un événement similaire.

 

Comment l’événement se déroule-t-il ?

 

Quinze jours avant la journée de l’Éthique, les collaborateurs peuvent déposer leur question en ligne sur une plateforme, de façon anonyme s’ils le souhaitent. Environ un quart des questions nous arrivent à l’avance, les autres sont des interventions en direct. Les Collaborateurs peuvent voter pour les questions qui les intéresse le plus parmi les questions envoyées à l’avance. J’ai la chance de pouvoir lire toutes les autres questions qui arrivent en direct, pour ensuite les trier de façon à couvrir un maximum de sujets et de pays. C’est vraiment intéressant de voir l’implication de nos collaborateurs! Le jour J, Jean-Paul Agon répond en live par chat. Cette année, près de 2000 questions ont été posées. Il a pu répondre à 150 d’entre elles – certaines se recoupent, donc cela recouvre un bon nombre de questions des collaborateurs.

 

Le concept a-t-il évolué depuis sa création ?

 

Face à son succès, ce modèle de chat a été dupliqué à d’autres niveaux. Depuis 2012, tous les patrons de pays se prêtent au même exercice.  Cela permet de traiter davantage de thèmes, notamment de sujets locaux qu’ils maîtrisent – évidemment – particulièrement bien.

Il y a deux ans, les membres du comité exécutif ont également commencé à organiser des webchats avec leurs équipes internationales.

Entre les webchats de notre PDG, des pays et du Comité Exécutif, l’année dernière il y eu plus de 7 000 questions posées au niveau mondiale.

De plus, au niveau global, tous les ans nous essayons de trouver des opportunités pour innover !

 

Comment décririez-vous l’impact de cette journée ?

 

C’est un bel échange qui permet de prendre le pouls de l’organisation. Nous répondons à des questions classiques de l’Éthique au quotidien, sur le respect ou la gestion des conflits d’intérêt par exemple. Mais on nous adresse aussi des questions plus stratégiques : quelle est la position de L’Oréal sur les données personnelles des consommateurs ? Ou le choix des matières premières ?

 

L’exercice est riche d’enseignements pour le management car il révèle les sujets sur lesquels les collaborateurs pensent qu’une progression est possible. On voit aussi se dessiner leurs nouvelles attentes. Cette année est venue confirmer l’intérêt d’intégrer les seniors à la politique diversité du Groupe. En ce sens, l’Ethics Day peut agir comme un accélérateur de prise de position ou de décision.

 

C’est aussi une opportunité de créer des échanges sur l’Éthique à tous les niveaux de l’organisation, Ce n’est pas toujours facile, mais nous faisons notre maximum pour donner accès à tous les collaborateurs : dans les sites Corporate mais aussi dans les usines et les centres de distribution, pour les équipes sur les points de ventes etc. C’est l’un des événements les plus suivis au niveau du Groupe : l’année dernière nous avons eu un taux de participation de près de 70%, ce qui est formidable.

 

En-dehors de cette journée, quels sont les moments ou les lieux où les sujets éthiques sont abordés chez L’Oréal ?

 

L’objectif est que l’on communique au moins une fois par mois sur l’Éthique dans le Groupe. Par exemple, en juin, a lieu l’« Ethics Treasure Hunt » (chasse au trésor éthique), organisé chaque année en collaboration avec l’une de nos marques. Cela permet à la marque de s’exprimer sur la façon dont elle intègre l’Éthique dans ses activités : la façon dont elle communique sur ses produits à ses consommateurs les questions éthiques qu’ils peuvent avoir ou les causes qu’elle soutient,. Les collaborateurs peuvent participer à un petit concours à 3 questions et gagner des produits de la marque. Chaque année, nous avons plus de participants que la précédente.

 

Les « Ethics Cafés » fonctionnent aussi très bien. Cela consiste à inviter des personnalités extérieures pour discuter avec les collaborateurs. La Grèce a ainsi fait venir des athlètes pour parler de l’intégrité dans le sport, et l’Allemagne, l’un des journalistes ayant révélé les Panama Papers pour évoquer le courage, l’une de nos valeurs phares.

 

Il y a également les visites pays effectué par notre Directeur Général de l’Éthique, pendant lesquelles il rencontre et discute de l’Éthique avec plusieurs centaines de collaborateurs chaque année lors des événements au format table ronde ou « town hall ».

 

Sur qui vous appuyez-vous pour faire vivre le débat éthique au sein du Groupe ?

 

Au niveau du siège, nous avons une équipe petite mais efficace, de neuf personnes. Le scope du Directeur Général de l’Éthique comprend aussi les Droits Humains. Nous disposons aussi de 74 relais dans les pays, les « Correspondants Éthiques ». Ils jouent le rôle d’experts locaux pour conseiller le management ou pour orienter les collaborateurs. Nous travaillons étroitement avec les équipes de  communication, des ressources humaines, de risk management et compliance, du développement durable, de la diversité, et d’autres encore, car l’Éthique est un sujet transversal intégré à l’ensemble des activités du Groupe.